immobilier-sud-des-landes

          1. Premier semestre : immobilier sud des landes

Le marché immobilier du Sud des Landes reste actif mais il ne s’est pas envolé comme certains le pensaient. Le marché est sain, c’est à dire que les prix sont certes élevés mais cohérents et les acheteurs sont encore présents.  Cependant les chiffres des prêts immobiliers ont fortement baissé fin 2017 préfigurant un atterrissage en douceur de la demande.

        2.Les vacances d’été

 La période des vacances sur notre côte sud des landes est toujours un peu spéciale. Malgré l’afflux des touristes, les acheteurs du printemps laissent souvent place à des curieux ou des oisifs lors de jours de pluie qui s’occupent en visitant de belles maisons. Les délais de vente augmentent naturellement (dans l’immobilier sud des landes) surtout quand les biens ont été proposés à un prix élevé et n’ont pas trouvé preneur au printemps.

A part les riches acheteurs, la plupart des acheteurs normaux ont un budget limité. Si l’année dernière, les taux d’intérêts bas ont réussi à gommer pendant un moment l’impact de l’augmentation des prix,  ce n’est plus le cas désormais.  Les prix se trouvent donc face à un prix de marché qui va se trouver limité par la capacité d’investissement des acquéreurs sur la côte landaise qui se situe en moyenne entre 300.000 et 450.000€ pour une maison individuelle et entre 130.000 et 250.000€ pour un appartement.

Les ventes se font au prix du marché le plus souvent et les négociations sont jusqu’à présent plutôt favorables au vendeur. Mais comme toujours, les biens trop chers ne se vendent pas, les acheteurs sont avertis et autant ils sont prêts à signer très vite si le prix est cohérent autant ils prendront le temps de la réflexion si le prix leur semble trop élevé. Il y a en effet énormément de moyens de connaitre le prix de l’immobilier de nos jours et la majorité des acheteurs ont un budget limité.

        3. Immobilier sud des landes : les perspectives pour la fin de l’année

 Plusieurs experts prévoient un ralentissement des transactions immobilières pour cette fin d’année 2018. Qu’en sera-t-il vraiment ? Voici une revue des différents éléments pour vous permettre de vous faire une idée et définir si vous devez vendre avant 2019, car plusieurs éléments conjoncturels sont à prendre en compte

a) Le marché immobilier est un marché de stock :

Les gens qui ont acheté en 2017 et début 2018 et qui ont contribué au 18 mois exceptionnels de l’immobilier ne vont pas revendre immédiatement.

b) Le marché immobilier est cyclique par nature :

Marché d’offre et de demande, quand le marché penche trop d’un côté ou de l’autre, il finit toujours par se rééquilibrer : aujourd’hui il y a plus de demandes que d’offres, ce qui génère une hausse des prix . Une fois que les prix auront atteint un prix estimé trop haut par les acheteurs, les biens se vendront moins bien , les délais de vente augmenteront et une baisse des prix s’initiera ; or le point de bascule semble proche.

c) Les taux d’intérêts bas ne suffisent plus :

Les conditions de crédit et les taux bas ne compensent plus la hausse des prix. On peut encore négocier des taux à 1.65% sur 15 ans pour les meilleurs profils mais la réalité est plutôt un allongement des durées d’emprunt pour pouvoir répondre à l’augmentation des prix. La part des apports personnels diminue rendant les acquéreurs de plus en plus captifs de leur établissement de prêt.

d) Immobilier sud des landes : un décalage avec le pouvoir d’achat des ménages

Le redémarrage de l’inflation (+2,3% en juillet 2018) renforce le décalage qui devient important entre l’évolution du pouvoir d’achat et la hausse des prix des biens immobiliers ces derniers mois. Les écarts entre les prix de vente et les budgets des acquéreurs sont les plus importants sur les appartements en petites surfaces, qui sont souvent des résidences secondaires. La baisse des aides au logement limite l’accès à la propriété des primo-accédants. Le marché du logement neuf est déjà impacté par une baisse générale des prix à la vente.

e) L’état psychologique des ménages :

En complément des éléments conjoncturels, certains éléments psychologiques peuvent impacter le marché immobilier. Quel sera l’impact psychologique de la mise en place du prélèvement à la source sur les acheteurs ? Certaines réductions d’impôt ne seront plus présentes mensuellement mais feront l’objet d’un montant unique en Juin 2019. Cela peut déstabiliser les potentiels acquéreurs en début d’année. L’IFI , le nouvel impôt sur la fortune immobilière arrive et pourra impacter les acquéreurs potentiel de résidences secondaires qui représentent encore la moitié des transactions sur la côte landaise.

En conclusion, les experts s’accordent pour dire que si l’on a un projet de vente, il serait prudent de tenter de le réaliser avant 2019 !

NOTRE CONSEIL :

Pour vendre avant 2019, prenez contact avec notre agence, prévoyez une estimation de votre bien dès à présent. Cliquez ici pour accéder au formulaire d’estimation

Phare Immobilier : Immobilier sud des landes